Vous êtes ici : Accueil > Actualités

Détail de l'actualité

Les flux rss du siteImprimer la page

DEPHY 10-52 : Partager ses résultats et ses méthodes

Retour sur le DEPHY Tour à Bergères le 13 novembre 2017,

a réunit près de 50 agriculteurs, 54 élèves et les responsables du plan Ecophyto sur la région Grand Est.

Le plan Ecophyto projette une réduction de 25% sur l'usage de ses pesticides d'ici 2020, et de 50% d'ici 2025. Les réseaux DEPHY œuvrent en ce sens depuis 2010 pour les premières fermes pilotes dont font partie certaines exploitations du réseau DEPHY Barrois 10-52.
=> Présentation du groupe Barrois 10-52

Sur la Région Grand-Est, les exploitations céréalières et les exploitations de polyculture-élevage engagées dans le Réseau DEPHY ont réduit de 12% leur usage de produit phytosanitaire (mesuré par l'Indice de Fréquence de Traitement - IFT), alors que sur cette même période la consommation de produits phytosanitaires à l'échelle nationale n'a que faiblement évolué. => carte du réseau Grand Est
Quant à l'IFT moyen du groupe DEPHY 10-52, celui-ci a baissé de 30% en 5 ans, répondant à l'objectif que les agriculteurs s'étaient fixé en 2010. Cette réduction a été appliquée principalement sur les produits hors herbicides (fongicides, insecticides, régulateurs), la plupart des agriculteurs du groupe n'ayant pas réussi à réduire l'usage des herbicides.

Cette réduction de l'usage des herbicides est un des axes travaillé dans le projet du groupe défini sur la période 2016-2021 : "Maitriser sa gestion des risques agronomiques en mettant en œuvre des stratégies d'exploitations qui améliorent la robustesse des systèmes de cultures".
En effet, pour Jeanne-Marie Labrosse (Ingénieure Réseau DEPHY du groupe Barrois 10-52), la réduction des produits phytosanitaires ne s'arrête pas uniquement à un raisonnement des pratiques culturales à l'échelle du système de culture, mais relève de prises de décisions plus globales à l'échelle du système de production. C'est la cohérence de ces choix stratégiques qui aboutit à des systèmes économes et performants économiquement alliant efficience, robustesse et résilience.

L'efficience correspond à l'optimisation de la consommation des ressources utilisées dans la production d'un résultat.
La robustesse d'un système fait référence à la stabilité de sa performance. Il s'agit de la capacité de ce système à maintenir une performance lorsqu'il évolue dans des conditions incertaines.
La résilience est la capacité à absorber une perturbation, à se réorganiser et à continuer de fonctionner de la même manière qu'avant.
=> Etablir une stratégie multi-performante

 

A l'occasion du DEPHY Tour, l'exploitation qui ouvrait ses portes lundi 13 novembre à une cinquantaine d'agriculteurs et autant d'élèves des lycées agricoles du département est une exploitation céréalière de cette région du Barrois à très faible réserve utile que les aléas climatiques des dernières années n'ont pas épargnée. Ce contexte associé à une volonté de "produire mieux" ont conduit Patrice et Francis Bour à reconcevoir leur système de cultures en intégrant des pratiques agroécologiques, essentiellement basées pour le moment sur la modification de leurs modes d'implantations.
=> Présentation de la SCEA du Val Lacot

Avec une diversité de cultures déjà produites sur la structure, les marges de manœuvre concernant l'acquisition de robustesse reposent en effet pour partie sur l'organisation de la rotation et de la gestion des intercultures. Ainsi, une plateforme d'expérimentation pluriannuelle a connu sa première campagne sur 2017, testant une rotation sur 5 ans en argilocalcaire superficiel composée d'un seul colza, des céréales et d'une culture d'été (chanvre ou tournesol).
Réduire les coûts d'implantation et compter sur des cultures plus robustes au démarrage : Patrice et Francis Bour ont opté en 2017 pour des semis précoces du colza, en direct (semoir Tsem Contour), associé à des légumineuses (féverole, lentille). Si leurs premières expériences en matière de colzas associés avaient pâtis du climat (gel de 2012) et peut-être également d'une mise en œuvre dans un système TCS non adapté à cette pratique, l'état actuel des parcelles est jugé acceptable par ces agriculteurs : pas de présence problématique d'adventices, développement du colza suffisant pour justifier l'impasse d'insecticide à l'automne. La densité de pieds (25 pieds/m²) a par ailleurs limité l'élongation automnale (de 0 à 5 cm par pieds).
Valoriser les couverts d'interculture, en visant leur capacité d'étouffement des adventices et de recyclage d'éléments biodisponibles : un mélange [vesce + avoine] semé en direct derrière une orge d'hiver a produit une biomasse de 3,7 T MS/ha (pesée de 1,8 kg/ha), soit une quantité d'azote captée de 148 U/ha. Le logiciel MERCI évalue la restitution potentielle en N, P2O5 et K2O à respectivement 70, 15 et 140 U/ha pour le printemps suivant. Autant d'éléments disponibles pour le chanvre prévu sur 2018.

Témoignage fait par Patrice et Francis Bour sur l'orientation qu'ils souhaitent donner à leur système, l'événement était également l'occasion d'échanger avec les autres agriculteurs du réseau et ainsi de se nourrir de la diversité des stratégies possibles pour aller vers une nouvelle forme d'agriculture.
=> Présentation de la stratégie de la SCEA du Val Lacot

Outils à télécharger :
présentation des réseaux DEPHY
carte du réseau Grand Est
Présentation du groupe Barrois 10-52
Etablir une stratégie multi-performante
Présentation de la SCEA du Val Lacot
Présentation de la stratégie de la SCEA du Val Lacot

Renseignements : Jeanne-Marie LABROSSE, Ingénieure Réseau DEPHY du groupe Barrois 10-52